Guido di Renzi

De Caminelot Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Guido di Renzi
Le Duc à l'air pensif
Le Duc à l'air pensif
BIOGRAPHIE
Titre : Duc de Riveciel
Surnom : le Triste
Naissance : Courant mars 1084
Décès : 28 Décembre 1147
Alignement : Inconnu
Taille : 1 mètre 86
Poids : 72 kg
Famille : Agata di Renzi (mère)
Flavio da Pierini (père)
Maria di Renzi (sœur)
Eva Estera (épouse)
Gloria di Renzi (fille)
Eleanor de Drest (nièce)
SITUATION DU PERSONNAGE
Faction : Duché de Riveciel
Organisation : Famille di Renzi
Lieu de vie : Château Ducal
Religion : Ensoleggiato Marini
Métier : Erudit
PASSÉ DU PERSONNAGE
Ancienne Organisation : Inconnue
Ancienne Faction : Duché de Riveciel
RESPONSABLE DU PNJ
Identité : Inconnu


Histoire

Avènement dans la douleur

Si la perte d'Agata di Renzi fut douloureuse pour le peuple rivéli, elle le fut encore plus pour ses enfants. Guido et Maria très proches de leur mère pour qui ils avaient un amour sans faille, supportèrent très mal sa disparition. Guido alors choisi comme nouveau Duc mit deux semaines à vraiment admettre la perte et prendre le pouvoir. Maria qui vivait alors en Valbrume correspondait extrêmement souvent avec son frère pour essayer de l'aider à surmonter cette perte, ayant avec elle son mari et sa fille, Eleanor pour l'aider.

Cependant, alors que les deux enfants si proches par le cœur mais loin par le corps, arrivent à vivre avec la perte de leur mère, c'est en 1126 qu'un nouveau drame s'abat sur la fratrie par la perte du fils de Roland de Drest entraînant dans son sillage la joie de Maria. A partir de ce moment, celle-ci voulait fuir la Baronnie mais par amour de sa fille resta trois ans, terme auquel elle se donna la mort. Roland ayant perdu en moins de dix ans sa mère et sa sœur en fut changé indubitablement.

Politique marquée par la tristesse

Alors que son règne entamé depuis quelques années déjà allait en s'arrangeant, il se dégoûta du pouvoir par la perte de sa sœur pour qui il n'avait pas pu être là afin de la sortie de sa tristesse. Alors que le choix de la jeune Eleanor était de rester en Stagenhard avec son grand-père Roland, Guido implora celui-ci de faire parvenir la dépouille de sa sœur pour qu'elle puisse reposer près de leur mère et dans le pays qu'elle a toujours aimé.

Roland se plongea alors dans les livres, le faste et la luxure pour lesquels il n'avait pas besoin de ressentir un quelconque sentiment. Il n'en oublia pas son épouse et sa fille, la future Duchesse Gloria di Renzi, mais n'était définitivement plus le même homme. Il essaya de faire correspondre sa fille avec sa nièce bruméenne afin que cette-dernière n'oublie pas ses origines et qu'elle ne se sente pas seule. Cependant, il n'essaya pas forcément de nouer lui-même le contact et resta froid avec celle qui ressemblait trop à sa défunte sœur.

Une fin de règne mouvementée

Dégoûté par le pouvoir, il n'en fut pas moins obligé d'y rester pour prendre les importantes décisions qui incombait au Duc. Il n'y prit guère goût et même le pouvoir ne lui donnait pas des envies d'abus ou de fièvre. Il décida au début des années 1140 qu'il donnerait le pouvoir à sa fille, Gloria quand il l'estimerait prête.

Le sort en décida autrement avec l'arrivée au pouvoir du neveu de Roland de Drest, Etienne qui n'était pas du tout dans la même optique que son cousin ou oncle et était très hostile au Duché. Il sait par sa fille que sa nièce se fait petit à petit écartée, isolée et essaie de l'aider comme il peut en préparant d'autant plus sa fille.

Il perdit toutefois la vie en 1147 suite à ce qui semblait être une crise cardiaque, cependant certains érudits penchèrent pour un suicide pour celui qui avait à moitié perdu la vie lors du décès de sa sœur et de sa mère. Ses connaissances en herborisme et en médecine corroborant l'hypothèse des érudits.