Duché de Riveciel

De Caminelot Wiki
Révision de 23 septembre 2018 à 18:48 par Odasio (discussion | contributions)$7

(diff) ← Version précédente | Accepter la révision (diff) | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Duché de Riveciel
Bannière du Duché
Bannière du Duché
 
Établissement : 1037
Capitale : Solame
Devise : De l'argent naît la grandeur
Chef : Francesco di Renzi
Ancien chef : Lucío di Renzi
Personnalité(s) : Vitto di Renzi
Ernesto Maquarelle
Marco Mercio
Organisations : Congrégation Marchande
Académie du Savoir et des Arts
Confrérie des Mercenaires
Religion Officielle : Ensoleggiato Marini


ValbrumeRivecielLaoshan
CélidosOrdreChaos

Présentation

Le Duché de Riveciel est un des trois royaumes indépendants de Caminelot. Il naquit en 1037 par l'accession au pouvoir de la Famille di Renzi au détriment des autres familles marchandes du comptoir commercial précédant la création de la cité de Solame.

Riveciel est un pays où il y fait bon vivre et où les arts, la culture mais aussi le commerce priment sur le reste. Sa seule et unique cité, Solame, est une véritable ville maritime puisque composées de plusieurs îles, elles-mêmes découpées par des canaux. Le Duc, assisté de divers conseillers, règne sur le Duché-Etat en déléguant certains domaines à des guildes, tout en gardant une autorité suprême.

Située, par ailleurs, au Sud-Est de Célidos, elle profite d'un climat assez ensoleillé et de températures chaudes. Riveciel possède le seul volcan actif et le territoire le moins unifié du fait de sa condition d'archipel. Son volcan endormi et ses récifs volcaniques lui permettent de se différencier de ses voisins, tout comme sa ville portuaire composée de petites îles, elles-mêmes recoupées par des canaux.

Chronologie du Duché

Le comptoir commercial

Aux alentours des années 970

A l'origine, Riveciel n'était pas moins qu'un simple comptoir commercial. On y trouvait quelques petites maisonnettes et une ou deux auberges, le seul bâtiment notable était la place du marché. Ce comptoir était toutefois assez prospère par ses festivités et ses ressources abondantes (perles, poissons, fruits et autres ressources maritimes ou insulaires). Les quelques marchands qui passaient en bateaux venaient échanger des ressources extérieures, des esclaves ou simplement prendre des vacances dans ce cadre idyllique.

Rapidement, ce comptoir obtint de ces commerçants une certaine renommée par-delà les mers et de plus en plus de navires vinrent mouiller leurs rafiots sur les berges rivelies. De fil en aiguille, de nombreux étrangers s'installèrent sur l'île reniflant ainsi les futures affaires à conclure ou simplement la perspective d'une vie meilleure dans un paysage de toute beauté.

Le progressif essor des familles

A partir des années 1010

Les marchands arrivants, les alliances se formèrent et de nombreuses grandes familles virent le jour. Des petites familles comme les Rovensa,da Pierini, Paolinio ou même les di Renzi. Dans un premier temps ces familles vécurent en harmonie et sans animosité, la ville se développa rapidement et permit ainsi à Solame de bâtir son premier quartier bourgeois et d'avoir un port digne de ce nom. Les petites familles profitèrent de ce tremplin pour prendre aussi un peu de richesse et de puissance politique comme commerciale.

Si cet élan a pu durer quelques années, c'était sans compter l'ambition de certaines familles. La Famille Rovensa et les Paolinio se firent une guerre sans merci à tel point qu'ils s'entre-déchirèrent pour disparaître au profit des deux autres grandes familles : les da Pierini ainsi que les di Renzi. Ces-derniers, beaucoup moins belliqueux et ,somme toute, plus réfléchis se servirent sur les restes de leurs pairs afin de se hisser comme les deux seules grandes familles de Solame. Cependant, malgré la chute de deux de leurs semblables, ils ne pouvaient être deux à diriger, c'est ainsi que commença le long conflit marchand.

En effet, des années 1016 à l'année 1037 fondant le Duché, de nombreux micro-conflits et manœuvres virent le jour entre les di Renzi et les da Pierini. Lorsque l'un absorbait les commerces d'une ou deux petites familles, l'autre décrochait une route commerciale avec une île au large. Quand l'une avait le monopole d'un produit, l'autre révolutionnait un autre produit. C'était une guerre sans fin et qui fatiguait les petites familles. Ironie ou simple coup du sort, c'est en 1036 que sombra l'Atlantide, principal navire marchand des da Pierini, à priori d'une attaque sous-marine, coulant la cargaison de richesses la plus importante de la famille et les deux premiers fils d'Augusto da Pierini. Suite à ce naufrage, il ne put s'en remettre et l'intégralité des efforts mis en œuvre par ce-dernier sombrèrent avec ses fils dans une noire dépression. La Famille di Renzi s'imposa comme seule grande famille.

Fondation du Duché

Durant les années 1037

Le naufrage des da Pierini permit aux di Renzi de prendre la main sur la plupart des familles qu'ils avaient absorbées et de leurs diverses routes commerciales. D'une part, la Famille di Renzi devient légitimement intouchable vis-à-vis des autres familles, mais surtout la seule qui peut diriger le futur État de Riveciel. Ainsi naquit le Duché de Riveciel de la main de Vitto di Renzi, devenant le premier Duc di Renzi.

Cette création étatique amena avec elle bon nombre de nouveautés. L'instauration de l'Académie du Savoir et des Arts cinq années après en est l'exemple même. A l'origine créée dans un but d'encadrer l'enseignement des jeunes rivelis, elle servira à la fois de vitrine culturelle et d'outil d'accalmie des pulsions de révolution. Le duché étant sacralisé par l'école. Par ailleurs, le Premier Duc instaurera en 1040 la Congrégation Marchande qui lui permettra de contrôler l'ensemble du commerce du Duché et d'en sanctionner les comportements fautifs.

C'est durant cette époque que Solame prit la forme qu'elle possède actuellement, la division en quartiers et l'aménagement des rivières par la création de canaux. Le commerce fleurit comme il ne l'avait jamais fait auparavant, la culture et l'art en général se développent tandis que les conditions de vies générales s'améliorent grandement. Cependant, cette croissance effrénée va subir un frein considérable par l'apparition de la mort noire.

La Grande Épidémie de Solame

Des années 1084 aux années 1091

L'épidémie de peste qui ravagea Solame à la fin du XIème siècle est une conséquence directe de l'augmentation de la richesse du royaume de façon inégale. En effet, malgré la création incessante de nouvelles familles riches, l'appauvrissement de certaines fut d'autant plus drastique. C'est alors on ne peut plus logique, que les conditions de vie de ces derniers se détériorèrent sans cesse et voici qu'en 1084 une étrange maladie fit son apparition.

Les premiers temps de la maladie furent désastreux. Beaucoup de personnalités disparurent emportées par la maladie, notamment le directeur de l'académie Paolo Dévida dont le corps ne fut pas découvert par ailleurs. L'on raconte que la moitié du quartier populaire fut décimé par la maladie, la Duchesse de l'époque pour éviter la propagation trop violente fit de l'île de Malatera, une île cimetière d'isolation des pestiférés. Cependant, si le résultat escompté fut obtenu, la duchesse de l'époque en fut un dommage collatéral.

Finalement, l'épidémie qui faisait peur à l'entière populace, riche comme pauvre, s'éteignit puisque bien gérée par l'autorité ducale. Les morts ralentirent et les quelques personnes qui encadraient Malatera furent implicitement condamnés à mort par l'interdiction de quitter l'île. Le nouveau duc, plus autoritaire que les deux derniers pris des mesures drastiques par une grande campagne de reconstruction de la ville pour éviter que le même épisode tragique se reproduise. Malatera fut purifiée et un cimetière plus propre fut édifié. La ville mis en place des contrôles plus poussés entre les quartiers et les maisons austères furent reconstruites.

Période Contemporaine

Durant les années 1230

Entre aujourd'hui et la fin de l'épidémie pestilentielle, Riveciel fit preuve d'un essor surprenant. La culture, le progrès intellectuel et le commerce grandirent corrélativement avec le déclin du chômage, du scepticisme et du repli sur soi. L'Académie et la Congrégation connurent une place plus importante sur la scène politique de la ville mais aussi à l'international par l'exportation de quelques unes de leurs personnalités dont Ernesto Maquarelle ou Marco Mercio, respectivement pour l'Académie et la Congrégation Marchande.

Au niveau actuel, le Duché ne se soucie que très peu de la scène internationale en terme de géopolitique, son seul intérêt est économique et culturel au sein des autres royaumes ou territoires étrangers. Riveciel n'est pas reconnue comme un territoire belliqueux, bien au contraire: ce-dernier préfère éviter la guerre en tous points en essayant de commercer ou en tous cas de tout faire en son pouvoir.

Les relations du Duché avec les autres royaumes sont encore trop fraîches pour qu'un quelconque jugement d'opinion se fasse. Riveciel n'a en effet ni ennemi ni allié, il est ainsi neutre avec toutes les entités extérieures. Le Duc actuel cherche ainsi à recouvrer une place sur la scène internationale tant au niveau culturel qu'économique et essaie d'apaiser les relations entre royaumes et entités doctrinales.

Topographie du Royaume

Géographie Globale

Riv fini.jpg

Solame

Solame est la capitale du Duché de Riveciel. Située sur la plus grande île de l'archipel riveli, elle est composée de plusieurs petits résidus de terre parsemés de canaux et de rivières. La ville est donc séparée en 6 îlots-quartiers et trois îles à part. Les six quartiers vont du plus riche au moins riche d'ouest en est, l'île la plus au centre étant le quartier populaire et aussi le plus grand.

Les différents quartiers sont architecturalement proches mais les quartiers nobles et certaines portions de quartiers bourgeois furent rénovés récemment pour moderniser un peu plus le Duché.

Au-delà des quartiers, existe l'île ducale : Castelloria, Malaterra et Satola. L'île de Castelloria est une île formée de roche volcanique de différentes hauteurs, elle fait office d'accueil pour les deux châteaux de Riveciel : le Château Ducal actuel et l'ancien en ruines. L'un étant un château à proprement parler et l'autre.

L'Île de Satola quant à elle sert de prison au Duché, elle n'est formée que d'un petit bout de roche volcanique sur lequel est érigée une tour-prison. Tour reconnue pour être quasi non-susceptible d'évasions. Le seul ayant réussi à s'évader, a fini sa course empalé sur un bout de roche volcanique.

Malatera

Malatera est une île au large de Solame composée de deux îles dont une toute petite, la plus grande île servit pendant la Grande Epidémie à recevoir les divers cadavres malades de peste du Duché mais aussi des cadavres moins frappé par la maladie. La petite île servit à faire un petit dispensaire où les plus zélés des amateurs de sciences allèrent conduire des expériences dangereuses sur les malades et les fous.

Après la grande épidémie, tous les corps étant brûlés ou enterrés profondément dans la terre, l'île fut fermée pour quelques années lui laissant le temps de se décontaminer. Depuis, elle est redevenue une île-cimetière à l'état sauvage où les moins fortunés ou les moins pieux finissent leurs jours.

Politique ducale

Régime Politique

Le Duché de Riveciel est gouverné par un Duc, issu depuis sa création par un membre de la Famille di Renzi, qui est généralement assisté de conseillers. Le Duc n'est ainsi pas seul décisionnaire et délègue souvent son pouvoir à diverses personnes pour lui faciliter la tâche.

Le Duc

Le Duc de Riveciel est depuis sa création issu de la Famille di Renzi, généralement le premier né, il est toutefois arrivé qu'un autre héritier mâle soit préféré à l'aîné (cas de peste, ou simples lacunes intellectuelles). Les di Renzi sont ainsi connus pour avoir un certain trait d'intelligence mais avec assez souvent des idéaux moraux douteux. Majoritairement discrets, calculateurs : ils sont souvent pris pour froids et mauvais alors que ce n'est pas forcément le cas.

En terme de politique pure, le Duc est accompagné de divers conseillers mais le plus notable est le Chancelier. En effet, ce-dernier occupe un rôle de Premier Ministre chargé de diverses tâches administratives. Le Duc est généralement seul décisionnaire de la Diplomatie du Royaume, de la justice (bien qu'il la délègue souvent à son Chancelier), des grandes lignes politiques à suivre.

Enfin, il a un droit de regard sur toutes les guildes, s'estimant ainsi capable de changer le dirigeant actuel d'une guilde s'il ne lui plaît pas. Il peut ainsi imposer sa démission au Grand-Marchand et relancer dans la foulée des élections si ce-dernier ne lui convient pas.

Le Chancelier

Le Chancelier est le second du Duc, il est nommé par ce-dernier qui peut le révoquer librement. Cette personne est en terme hiérarchique au-dessus des Maîtres de Guilde mais ne dispose pas de pouvoirs propres sur eux, il ne peut qu'exécuter les décisions du Duc à leur encontre, pas en décider seul.

Il est ainsi chargé de la collecte des impôts, du remplacement du Duc quand il n'est pas présent, de la gestion journalière de la ville (inventaire cadastral, gestion des petits conflits, rétribution des constructeurs, ...). Il est par ailleurs chargé parfois de rendre la justice en lieu et place du Duc, mais il est aussi son porte-parole en public.

Les Autres Conseillers

Chaque Maître de Guilde est en soi un conseiller Ducal. Chacun ayant son propre domaine de compétences, ils ont par leur statut la tâche de conseiller le Duc dans leurs domaines et de gérer de manière efficace leur guilde pour éviter tout problème.

Ainsi, en temps de paix le Duc s'entretiendra souvent avec le Directeur de l'Académie et avec le Grand-Marchand. Tandis qu'il ne rencontrera que très peu la Petite Seppia et s'entretiendra quasiment jamais avec le Maître des Mercenaires, ce-dernier jouera réellement un rôle de conseiller qu'en temps de guerre.

Les Préfets

Voir Préfets de Riveciel

Les différentes îles de Solame étant toutes assez conséquentes, le pouvoir du Duc ne peut passer que par sa seule main ou celle de son Chancelier. Ainsi naquit sous Francesco di Renzi : les Préfets. Il y en a pour l'instant quatre et ont chacun une ou plusieurs îles sous leur juridiction. Ils sont nommés par le Duc suite à une élection par les habitants de l'île concernée.

Missionnés de diverses tâches allant de la collecte des impôts à la gestion du cadastre, ils se veulent des petits Ducs dans leur île. Véritables gestionnaires consciencieux, le moindre écart peut leur être fatal tant la déloyauté est sévèrement punie. C'est de toute façon une tâche glorifiante à ne pas prendre à la légère !

Histoire Diplomatique

L'Archipel des Quatre-Vents

Voir Archipel des Quatre Vents

A l'origine simples îlots sans grand intérêt, cet archipel s'est avéré la source de toute une histoire diplomatique trouble entre Valbrume et Riveciel. D'un comptoir commercial à un archipel indépendant en passant par une colonie bruméenne, c'est une histoire étalée sur plus de cinquante années qui s'est jouée sur ces terres lointaines.

Premier pas dans la diplomatie entre les deux royaumes, c'est par ce biais qu'a failli apparaître une union entre les deux royaumes lorsque la fille de Agata di Renzi épousa le fils de Roland de Drest, mais comme toute bonne histoire : il y a un couac.

Société Rivelie

La société rivelie est assez hétérogène, en effet sa population étant majoritairement issue de commerçants étrangers mais aussi de ressortissants voisins, s'étant peu à peu mélangés avec les indigènes de l'île. Actuellement, trois ordres coexistent au sein de la société avec une religion qui perd peu à peu de son pouvoir, perte notamment due à un laxisme politique et un dédain croissant du Culte de l'Ensoleggiato Marini rappelant de tristes souvenirs.

Classes sociales

Le cloisonnement entre classes sociales à Solame est quelque chose de fort. Les classes plus hautes dénigrent assidûment celles qui les talonnent, tandis que les plus basses envient avec véhémence ceux qui les dirigents.

Les Rivélis

C'est la base de la population solis. Tout nouvel arrivant au royaume ou non membre d'une famille bourgeoise ou noble est par défaut dans cette entité hétérogène. On y retrouver tous types de rivélis en son sein : des artisans, des écrivains (assez rarement), des paysans comme des commerçants peu aisés.

C'est au cœur de la ville qu'ils y sont ancrés, Prima Cuore, le quartier le plus grand de Solame et aussi le plus proche du continent. Encerclé par les autres quartiers, ils ne sont pourtant reliés qu'à Macchia et Banchine (l'île portuaire). Les autres quartiers étant peu à-même d'être au contact d'une population plus pauvre qu'eux.

Ainsi, sans être pauvres, ce sont les rivélis d'une classe plus populaire et dont les économies ne sont pas réellement vaillantes. Cependant, Solame étant ce qu'elle est, il est possible à tout rivéli dont le cœur brûle d'une couleur dorée de se retrouver dans la classe supérieure: la bourgeoisie.

La Bourgeoisie

Première élite rivélie en nombre, la bourgeoisie est la classe marchande par excellence. Classe assez jeune puisque les familles bourgeoises les plus anciennes franchissent généralement le cap de la noblesse, elles ne sont pas particulièrement reconnues dans le duché par des hauts-faits culturels ou économiques. Elles sont généralement puissantes en économie et en sciences sociales comme naturelles, qui sont des domaines dénigrés bien trop souvent par les familles plus nobles.

La bourgeoisie solis se retrouve ainsi dans les quartiers de Macchia, à l'extrême sud de la ville et dans celui de Costiera, à l'extrême nord longeant Prima Cuore. Ces deux quartiers sont assez éloignés l'un de l'autre mais cela s'explique par leurs emplacements stratégiques: à mi-chemin entre le château ducal et le continent, ils sont ainsi le mieux placé pour les échanges et la sécurité.

Comme leurs îles, les bourgeois forment la classe moyenne de Solame. Ils sont ainsi caractérisé comme dans les autres cultures comme étant la noblesse de robe, du fait de leur travail (plutôt intellectuel ou d'un artisanat de très grande qualité) et de leur implication dans les guilde Congrégation .

La Noblesse

La noblesse ou la classe suprême de Solame, ils sont formés par les plus anciennes familles de Riveciel ou les familles plus récentes mais les plus riches ou les plus puissantes. Véritable élite de l'intelligentzia artistique et culturelle du royaume, ils sont très impliqués dans la Cour du Duché mais aussi dans la Haute-Académie.

Les quartiers les plus à l'ouest de Solame sont les leurs, Cuelta et Riuscitala, les quartiers les plus proches du Château mais surtout les plus éloignés du continent. Îles assez fines, mais assez étendues ce sont finalement les îles les plus grandes du royaume à l'exception de Prima Cuore.

Très loin du travail manuel et du travail tout court, ils sont généralement propriétaires terriens ou dans le domaine intellectuel (enseignants, artistes, écrivains, etc...). Ils sont très hautains et rejettent l'ouverture d'esprit des bourgeois refusant tout lien avec les simples rivélis. Très fiers de leurs zones, il n'est pas rare de les voir se plaindre au Duc de la présence d'étrangers ou de "pauvres" chez eux.

Guildes

La société rivélie est organisée en plusieurs guildes ayant chacune son propre domaine de compétence et son fonctionnement propre. Cependant, leur indépendance reste toutefois soumise à un certain regard du Duc.

Académie du Savoir et des Arts
Voir Académie du Savoir et des Arts

L'Académie est l'une des guildes principales de Riveciel fondée en 1042 soit cinq ans après la fondation du Duché. Elle est la principale source de savoir du royaume et de rayonnement culturel. Elle enseigne aux têtes blondes rivelies tous domaines et ce dès leur jeunesse jusqu'au début de leur âge adulte.

Congrégation Marchande
Voir Congrégation Marchande

La Congrégation est la première guilde du Duché, fondée en 1040 son but unique est de contrôler l'économie et le commerce. Créée à son origine pour gérer les affaires des di Renzi puisque trop occupés par la politique, elle est maintenant l'organe primaire de désamorçage des conflits (avant l'autorité ducale) et de rencontre entre artisans et entre les particuliers.

Confrérie des Mercenaires
Voir Confrérie des Mercenaires

La Confrérie est une guilde entièrement détachée du pouvoir ducal, fondée en 1063 à la suite du premier conflit qu'a connu le Duché en dehors de ses frontières. En effet, ne possédant pas d'armée, le Duché se repose exclusivement sur la Confrérie en temps de guerre. De ce fait, en temps de paix, la Confrérie est entièrement autonome de faire ce qui lui souhaite, engageant sa propre responsabilité si un conflit survient.

L'Ensoleggiato Marini

Voir Ensoleggiato Marini

L'Ensoleggiato Marini, religion du royaume dès le XIème siècle, elle le devient de manière officielle avec la fondation du Duché. Cette religion vénérant la Grande Seppia est un culte très particulier où la version officielle ne semble pas vraiment coller avec la version officieuse. Si autrefois le peuple se tournait vers elle en temps difficiles, il semble aujourd'hui s'en détourner avec un regard empreint de dédain.

Culture Rivélie

Coutumes et Traditions

Malgré le jeune âge de la société rivélie, certaines traditions sont très fortement ancrées dans les mœurs et du fait d'un certain cosmopolitisme du Duché, sont très riches et variées.

La Famille

Les familles occupent une place primordiale dans le Duché de Riveciel. Véritable institution à proprement parler, c'est une forme de micro-société où tous ses membres sont liés par le sang. Souvent économique, d'autre fois culturelle et parfois même criminelle, cette entité est enclin à certaines règles assez intéressantes au regard d'autres formes équivalentes à l'étranger.

  • Contrairement aux idées reçues, elles ne sont pas liées aux règles de primogéniture masculine. Une femme peut devenir la dirigeante de famille comme elle peut être la Duchesse.
  • Le nom ne se transmet pas par le père. En effet, l'enfant né de l'union de deux personnes de familles différentes, prend le nom soit choisi par les parents ou à défaut, celui de la famille plus puissante.
  • Le crime de parricide est l'un des crimes les plus graves du royaume avec celui du viol incestueux.
  • Le mariage n'est pas laïc, il est célébré dans un temple de l'Ensoleggiato Marini

La Mort et Riveciel

La mort à Riveciel n'est pas perçu comme quelque chose de malsain ou de très mal-vu. Sans aller sur un quelconque mythe de la résurrection, de la réincarnation ou d'un paradis mystique, les rivélis pensent surtout au repos éternel.

Les morts sont ainsi célébrés en grande pompe dans les temples et pour les plus riches, des cérémonies spéciales rendent honneur aux défunts d'une manière peu commune.

Les cimetières sont très souvent en proie à des fleurissements journaliers, les catacombes également. Généralement très bucoliques et naturels, l'Homme n'a pas une très forte empreinte sur les cimetières de l'Ensoleggiato Marini.

La Diplomatie

Du fait de sa position non-belliqueuse, Riveciel se veut une nation très diplomate et très prompte à la discussion sur la scène internationale. Très rapidement, elle se rapprocha de Célidos pour commercer, mais elle se mit aussi en tête d'avoir de bonnes relations avec d'autres cultures.

Le Duché n'est cependant pas affilié à l'Ordre ni au Chaos, et se refuse quelque peu à l'être, seul le comportement des rivélis pourrait faire basculer la balance du neutre vers l'une des deux entités.

En tous les cas, aujourd'hui plus qu'avant, le Duché désire réellement étendre ses relations à la Baronnie de Valbrume comme à l'Empire Laoshan afin de privilégier une bonne cohésion mondiale.

Spécialités de Riveciel

L’Économie

Qu'est-ce que l'économie si ce n'est le fer de lance du Duché ? Étudiée à l'Académie, pratiquée en la Congrégation, concurrençant l'Ensoleggiato Marini et faisant tourner la Confrérie : c'est bel et bien le sang de Riveciel. Les rivélis apprennent d'abord à compter plutôt que de marcher et les parents sont les plus heureux quand leur progéniture reprend le commerce familial.

Le Grand Marchand étant finalement le conseiller le plus puissant après le Chancelier, ce sont les deux véritables maîtres de Riveciel après, bien entendu, le Duc. Elle s'illustre ainsi comme la valeur dominante du royaume. Notez bien que le Duché ne s'immiscera dans un conflit que s'il a des chances d'y tirer profits par son commerce.

La Navigation

Riveciel est une terre maritime, cela s'illustre par les multiples canaux qui la traversent mais aussi par la fraction d'îles la composant. Véritable péninsule éclatée en plein centre, protégée par de grandes îles et barrières de récifs, Solame se veut le joyau caché de Riveciel. C'est pour cela que la navigation au sein du Royaume est une composante essentielle, si cette science n'était pas maîtrisée, il serait impossible de sortir de Riveciel et encore moins de la parcourir.

Les bateliers rivélis sont aussi les personnages les plus importants du royaume. Véritables coursiers fendant les flots, ils s'occupent de faire voyager les citoyens et étrangers mais surtout de débarquer les marchandises des imposants bateaux jusque dans la cité. Véritables maîtres en la matière, les rivélis essaient toujours de prouver leur efficacité sur les flots et ce n'est pas pour contrarier leur culte de la Seppia.

L'Art

L'Art rivéli, à la fois musical, pictural mais aussi scriptural et même artisanal, fait le bonheur du Duc Francesco di Renzi. Véritable institution dans le Duché, il est enseigné dans l'Académie du Savoir et des Arts et au même titre que l'économie occupe une place sacrée. Vivement encouragé au travers des âges par les différents Ducs, il est désormais établi et rayonne à l'international pour son raffinement et ses couleurs.

Cependant, l'art rivéli n'est pas que joie, bonheur et excès, avec l'arrivée au pouvoir du Duc Francesco, la place de la contemplation et surtout de la nostalgie ont pris place. La musique nouvelle est maintenant plus posée et prompte à la réflexion et à la mémoire en accord avec une vision plus simpliste et moins versée dans l'opulence. Cela n'est pourtant pas forcément le cas avec l'architecture du nouveau château qui est fondamentalement démesuré et luxueux.

Le Vin

Le Vin et Riveciel, même plus encore : le Vin est Riveciel. Véritable boisson emblématique du Duché, c'est ce qui s'exporte le mieux en dehors des terres rivélies et ce qui en fait la renommée dans les cuisines des auberges et tavernes de Caminelot. Point très versés dans les autres alcools mais s'essayant toujours à de nouvelles expériences, les agriculteurs rivélis sont surtout maîtres dans l'art de la macération du raisin et de ses multiples cépages.

Servi à la fois dans les plus hautes tablées comme dans les plus modestes, il est plus courant de voir une bouteille de vin que des carafes d'eau dans les chaumières de Solame. Véritables chauvins en la matière, n'allez pas critiquer leur vin sous leur nez : vous risqueriez de déclencher une violence orale inouïe, digne des plus grands conflits de poissonniers.

La Gastronomie

La bonne chair s'illustre en Riveciel premièrement par la gastronomie mais aussi par la place importante de ses maisons closes. Par son amour de la diplomatie mais surtout des festivités et réceptions en tout genre, Solame est souvent amenée à recevoir énormément d'étrangers. Véritable arme de persuasion, la nourriture est utilisée à des fins d'accompagnement de la parole pour convaincre.

Véritable raffinement, comme pour l'art, des assiettes rivélis, elles peuvent paraître moins garnies et moins opulentes que les tablées bruméennes. Cependant, la qualité prime sur la quantité à Solame. Les plats se multiplient tous différents les uns que les autres, tous variés en couleurs et saveurs mais la tomate reste la reine des plats rivélis !